{En bref} « L’amour, le dire, l’écrire » : conférence inaugurale

Par Alexandra LEBLOND, 24 juin 2017

[Ça s’est passé vendredi 23 juin à 18h30] retour sur la conférence inaugurale avec Antoine Compagnon, animée par Marie-Hélène Fraïssé

Devant une salle comble, Antoine Compagnon ouvre cette 5ème édition de Clameur(s) ; il nous invite à revisiter les classiques du sentiment amoureux, de Victor Hugo à Annie Ernaux, à travers les plus beaux manuscrits d’amour de la Bibliothèque nationale de France commentés dans son dernier ouvrage, superbement illustré, Aimer l’amour, l’écrire.

Amour et littérature sont intrinsèquement liés : que serait l’amour sans la littérature ? Replongeons-nous par exemple dans la Divine comédie de Dante : c’est en lisant Lancelot du lac que Paolo et Francesca tombent amoureux.

Chez Proust, l’amour n’est qu’illusion, il entraîne la jalousie. Même vision pessimiste chez Baudelaire, où l’amour est douleur et torture.

Pourtant, l’état amoureux est recherché : cette « souffrance délicieuse » a été un grand thème dans la littérature. Ce que l’on aime dans l’amour, n’est-ce pas être amoureux ? Nous sommes tous imprégnés de l’amour romantique dans lequel nous avons été éduqués. Nous sommes « contemporains » de Baudelaire, de Rousseau…, dans une idéalisation de l’amour, non revendiquée par Montaigne qui pour sa part idéalisait l’amitié.

Pour conclure cette rencontre passionnante et riche en références, Antoine Compagnon nous dévoile le nom du roman qui l’a marqué et qu’il emmènerait sur une île déserte : Le Rouge et le noir de Stendhal…une référence en matière de sentiment amoureux !

Reporter Clamour(s) : Martine