Retour sur l’édition 2019 : « Mon oeil ! Le roman de l’art »

Retour sur l’édition 2019 : « Mon oeil ! Le roman de l’art »

Par Marie Hélène Fraïssé, Conseillère littéraire des rencontres Clameur(s)

Toujours ce petit pincement au cœur quand la cour de Flore se vide, quand se démontent la tente et le podium, quand se remballent les livres de la Librairie Ephémère, quand se taisent ces si chaleureuses Clameurs. Oui, chaque année depuis sept ans, on se quitte heureux, les bras chargés de livres, la tête pleine de questions qu’on aurait voulu poser, de visages aperçus, de rires, d’images fugaces. L’édition 2019 s’aventurait dans les coulisses de l’Art, célébrait les très riches rencontres entre le « dire » et le « voir ». Nous n’oublierons pas la présence si émouvante, si fraternelle, de Yan Pei-Ming. Pas plus que le regard bleu d’un Pascal Quignard fasciné par les mystères des fresques romaines, les subtils clairs-obscurs de Georges de La Tour, les effrois de Jean Rustin…et qui n’a pas hésité à se mettre au piano pour partager quelques-unes de ses pièces préférées, modernes, baroques, classiques, ainsi qu’on le fait entre amis après un bon dîner. Privilège aussi d’entendre Eric Reinhardt décliner sa passion du livre d’art ; d’écouter la malicieuse Sophie Chauveau retracer la vie d’une Sonia Delaunay  trop longtemps effacée derrière son colérique Robert ; de suivre les itinéraires singuliers d’un Renoir, d’une Chana Orloff injustement oubliée, d’un Michel Ange ombrageux autant que génial… Autant d’aventures individuelles ou collectives, qui nous ont fait vivre pendant trois jours ce véritable roman de l’art,  qui nous enchante durablement.

Clameur(s) 2019 – Clap de fin

Clameur(s) 2019 – Clap de fin

Projet original de la ville de Dijon, confié à la Bibliothèque, les rencontres d’auteurs Clameur(s) de juin sont désormais très attendues. Installés en cœur de ville, ces rendez-vous offrent un véritable espace de dialogue avec les 30 invités, écrivains, historiens et essayistes. Original par son concept résolument éloigné d’un salon du livre, intime par l’écrin des rencontres, Clameur(s) séduit autant les auteurs que le public. Auteurs, artistes, associations, chacun avec son art est invité à débattre ou à s’exprimer sur des sujets de société.

Pour cette septième édition : l’art et la littérature étaient au centre des débats en écho au musée des Beaux-Arts rénové.

Cette année le festival a réuni plus de 3 000 personnes durant ces trois jours de rencontres dijonnaises malgré les aléas d’une météo capricieuse et des conditions de sécurité qui ont contraint à annuler le marché des éditeurs de Bourgogne-Franche-Comté, habituellement installé place François Rude.

Ainsi, Dijonnais, mais aussi visiteurs de passage, ont écouté et participé à ce rendez-vous annuel, sous le chapiteau installé cour de Flore du palais des Ducs, sous les halles du marché pour des lectures impromptues et à l’hôtel de Vogüé pour les temps  »jeune public ». Les Plaidoiries pour un polar, organisées avec le Barreau de Dijon, ont pris place pour la première fois en soirée, salle de Flore.

C’est avec l’appui renouvelé de l’Agence du Livre & Lecture Bourgogne-Franche-Comté que les libraires dijonnaises ont fait vivre la librairie éphémère avec deux librairies installées cour de Flore et une à l’hôtel de Vogué, invitant le public à se rapprocher des rencontres et animations.

Dijon ville d’art

Les musées de Dijon, associés cette année à Clameur(s), ont accueilli un public curieux ou connaisseur, notamment au Consortium autour d’un échange entre le peintre Yan Pei-Ming et le critique d’art, Bernard Marcadé ; au musée Magnin, lors d’une une conversation voyageuse avec la romancière Sophie Chauveau autour d’une peinture de la Renaissance italienne de 1821, et avec les auteurs Pascal Quignard et Florence Delay au musée des Beaux-Arts. Dijon a séduit les auteur.e.s par sa beauté, son centre piétonnier et l’admirable rénovation du musée des Beaux-Arts.

Les rendez-vous de dimanche après-midi, à l’hôtel de Vogüé ont été un réel succès auprès des familles avec la restitution d’un travail d’écriture et de paroles construit avec les auteures Marie Sellier et Béatrice Fontanel et les élèves de 12 classes d’écoles primaires dijonnaises. : exposition, ateliers.
Les enfants participants ont reçu un livret, « Le grand domino du Musée » , témoignant de cette aventure dans l’univers de l’art et des livres, qui a aussi fait l’objet d’une vidéo .

Organisées par la bibliothèque municipale, les rencontres Clameur(s) se construisent tout au long de l’année en cohérence avec la programmation culturelle de la bibliothèque qui affirme sa mission de développement de la lecture auprès de tous les publics. Aussi, la grande participation des familles dijonnaises dimanche lors de la restitution du travail mené en résidence d’auteur, à l’hôtel de Vogüé, témoigne de l’intérêt porté par le choix des animations proposées.

Merci à tous les partenaires, aux journalistes, aux auteurs et au public !
L’équipe de Clameur(s)

un logo clameurs pour illustrer un article sans image à la une

Retour en image sur…Domino d’art et de mots – Rencontre et résidence-action avec Béatrice Fontanel et Marie Sellier

Avec la participation des écoles élémentaires : Alsace, Beaumarchais,
Champollion, Champs-Perdrix, Dampierre, Nord, Paulette Lévy, Saint-
Dominique, Valendons, Voltaire.

Découvrez le film retraçant ce périple artistique et humain