D’un côté Taguchi Hiro, 20 ans et refusant de sortir de chez lui. Au Japon, on les appelle des hikikomori ; de l’autre Ohara Tetsu, assis sur son banc dans le parc, relevant sa « belle » cravate pour manger son bento : un employé modèle appelé au Japon salaryman. Ces deux-là se rencontrent, se racontent. Pour l’un, la mort suicidaire d’un camarade de classe, pour l’autre, la mort d’un enfant et la perte d’un emploi.
Des phrases courtes pour ce sombre et beau roman.

IconeOù trouver ce document à la bibliothèque municipale de Dijon ?
Centre-ville la Nef : cote FLA C