Portugal, 25 avril 1974 : la Révolution des Oeillets fait tomber la dictature de Salazar. Ce même jour, dans un petit village isolé, un homme est retrouvé mort dans un champ, tué d’un coup de fusil. Que lui est-il arrivé ? Qui était cet homme que le docteur Augusto Mendes avait recueilli quarante ans plus tôt ? J.R.Pedro met alors en scène trois générations de la famille Mendes, entremêlant leur destin à celui du pays : celle du grand-père Augusto, issu d’une riche famille de Porto, qui s’installe dans une maison isolée à la campagne, ; celle de son fils Antonio, confronté à la violence et à l’horreur pendant la guerre en Angola ; celle du petit-fils Duarte, pianiste virtuose, qui renonce à la musique.

Il est très difficile de résumer ce roman singulier tant il est foisonnant ! C’est une succession de tableaux non linéaires, où l’on saute entre les personnages, les époques, les lieux, les impressions, avec au centre Duarte que l’on voit évoluer de l’enfance à l’âge adulte. Arrimé à la terre portugaise, ce roman-puzzle, superbement écrit , nous fait traverser les péripéties de la politique et des guerres, pénétrer les secrets et les mystères du passé.
Certes un premier roman brillant ! Mais l’emboîtement continu d’énigmes (auxquelles j’ai essayé de trouver des réponses…..peut-être le «jeu» était-il justement de ne pas chercher à répondre à toutes les questions et de se laisser porter uniquement par le texte ?) m’a désarçonnée ! Pour en cerner toute la complexité, je pense qu’une deuxième lecture serait nécessaire !

IconeOù trouver ce document à la bibliothèque municipale de Dijon ?
Centre-ville la Nef : cote PED M