Rencontre avec Daniel Maximin, animée par Marie-Madeleine Rigopoulos

Ce sont plus de quatre-vingts personnes qui ont assisté à l’hommage rendu par Daniel Maximin à une grande figure de l’identité antillaise, Aimé Césaire.

Dans son dernier ouvrage, Aimé Césaire, frère volcan, l’auteur évoque cette figure fraternelle qu’a été pour lui Césaire, qu’il a rencontré dans sa jeunesse, rencontre qui fut déterminante dans la construction de son identité en tant que citoyen antillais mais aussi en tant que poète. Il a notamment abordé la puissance libératrice de la poésie, à la fois dans le langage et en politique. La « parole essentielle » est ce qui complète le discours politique : lorsque le discours ne suffit plus, c’est là que la poésie intervient.

Et quoi de mieux que d’entendre les mots mêmes de Césaire ? Le Collectif 7′ a livré une très belle prestation par la lecture de textes en regard de Césaire, Daniel Maximin et Léon-Gontran Damas, oralité qui nous ramène au sens premier de la poésie.

A la sortie de la salle, Daniel Maximin s’est prêté avec enthousiasme au jeu des dédicaces, consacrant beaucoup de temps aux personnes qui étaient venues l’écouter et qui en sont ressorties enchantées !

La rencontre a été suivie d’un autre échange sur la même thématique, avec l’auteur Patrick Chamoiseau.