Animée par Marie-Madeleine Rigopoulos, critique littéraire

Si les saintes de Zurbaran sont vêtues d’étoffes somptueuses, c’est qu’elles ne sont déjà plus de ce monde. Leurs robes moirées cousent bord à bord l’ici-bas et le ciel promis. Florence Delay, dans Haute couture (Gallimard), interprète ainsi la virtuosité picturale du grand maître du Siècle d’Or espagnol. Mieux informer nos regards, telle est la démarche constante de l’historien d’art Pascal Bonafoux. Sa série Les cent tableaux qui racontent… (Chêne) nous guide dans l’atelier des grands maîtres et éclaire la genèse de leurs œuvres.

Durée : environ 1h30 // Ados-adultes

« La fronde est menée par le jeune Alonso Cano, fils d’un sculpteur connu de Grenade, arrivé lui à Séville à l’âge de 13 ans et ayant intégré l’atelier de Pacheco, dépité que l’obscur provincial ne fût pas soumis à la loi commune. Bref, aux yeux de ceux qui mesurent tout à l’aune italienne, le futur « Michel-Ange espagnol » prenait fait et cause contre le futur « Caravage espagnol » ! »
Florence Delay, Haute couture, Gallimard, 2018