Encore de l’émotion pour la deuxième soirée pilotée par Julie Rey, qui fut une nouvelle fois très réussie !  On notera au passage l’excellente performance de Frédérique Moreau de Bellaing, une bibliothécaire plus vraie que nature (enfin presque…) ! Pas sûr tout de même que nous apprécierions de la garder comme collègue à plein temps…

Les spectateurs de la soirée et bien d’autres personnes ont été invités à rejoindre la salle de l’Académie pour un concert final, entrecoupé de lectures, offert par les artistes Julie Rey, Oshen, Françoiz Breut et Benjamin Lozninger, qui ont fait preuve d’une belle complicité.

Un spectacle inédit, imaginé avec subtilité et cohérence, mélange des genres et des talents, entre écriture, scénarisation et musicalité, mis en valeur par le remarquable travail de Julien Barbazin sur les lumières, et de Christophe Pierron au son. Lecture d’un extrait de Virgine Despentes sur la féminité (King Kong theorie), reprise très personnelle du My love don’t cost a thing de Jennifer Lopez – questionnement de soi et des autres, réflexion par l’humour – sont venus clôturer ce final et cette magnifique expérience artistique et humaine.